Les émotions et les sentiments

Les personnes autistes ont évidemment des sentiments et ressentent des émotions comme n'importe quel autre être humain. Cependant, elles rencontrent des difficultés plus ou moins grandes selon la sévérité de l'autisme, pour les comprendre, les interpréter et à les échanger d'une manière adaptées avec les autres personnes  et ce, qu'elles soient de l'entourage familial ou pas.

La tristesse , le bonheur, la peur, l'envie, l'Amour .Ces sentiments et ces  émotions sont  accessibles pour les personnes autistes mais ils faut  les aider à les exprimer. Cela passe par des apprentissages bien ciblés, des jeux de rôle , des jeux d'imitation  et un travail d'explication et d'interprétation des émotions  lorsque ceux ci surgissent au moment présent, dans l'instant ou juste après.

La première difficulté de la personne autiste n'est pas de ressentir des émotions, c'est bien de réussir à les comprendre( moins subir), et à les utiliser pour pouvoir" fonctionner" de manière plus confortable, moins " douloureuse", pour être plus  dans l'échange et la communication.

Il faut donc que l'éducateur, l'encadrant , les parents ou la personne autiste  ait avec  elle  en permanence des pictogrammes, des visuels facilitant ce travail précis d'apprentissage des émotions.

 Exemple:Julien est entré dans la cuisine pour prendre un gâteau, il l'a dans la main et va le mettre à le bouche lorsqu'un éducateur le surprend et lui reprend  le gâteau. Il est interdit de rentrer dans la cuisine. On  n'a pas le droit de se servir seul et ce n'est plus le moment de manger!!. Julien pousse des cris, bat des bras , saute sur place. l'éducateur qui suit les objectifs fixés en équipe ne cède pas et lui refuse  le gâteau. Julien essaie de faire tomber des chaises, pousse la table,  fond en larme.

C'est donc là ,certainement le meilleur moment pour apprendre à julien  ce qu'il ressent( après  que la "crise" soit passée!).

Incompréhension, frustration, colère, tristesse?...

Nous venons d'observer la scène, essayons  alors de faire  preuve d'empathie en acceptant de nous mettre un instant à la place de Julien.

 

Incompréhension: Pourquoi est -il si facile de rentrer dans la cuisine si je n'ai pas le droit de manger?????

Frustration: Je tenais le gâteau dans ma main et j'ai  senti la texture sableuse et l'odeur du sucre  et du chocolat que j'adore!!!!.

Colère: Un gâteau est fait pour être manger, moi on me le refuse .Ce n'est pas juste, parce qu'une autre fois, j'avais eu le droit de le manger. Une fois oui , une fois non!!!Ca m'énerve!!!Je subis les évènements!

Tristesse: Hypersensible, toute cette agitation m'a sensiblement fatigué.  J'ai une impression lointaine que l'éducateur n'avait pas l'air content , peut  être en colère contre moi. Mais moi je ne sais toujours pas ce que j'ai fait de mal et pourquoi l'on m'a puni de gâteau. Je ne comprends pas!

Si  les apprentissages autour des sentiments et des émotions ne se font pas, Julien restera avec tous ces ressentis incompris pendant des minutes , des heures ,des jours a se remémorer la scène en boucle et ressentir des choses,  des trucs ( émotions et sentiments) qui vont errer  dans son cerveau.Ce cerveau tentera de traiter les innombrable informations  mais sans une aide extérieure( éducative), Julien ne sera certainement pas  en capacité de trouver  seul les solutions et il n'apprendra pas ou peu et souvent très lentement. Des troubles du comportement pourraient apparaitre( sur le moment, après ou longtemps après ),mais directement   liés à l'expérience négative ( pour lui) qu'il vient de vivre (refus de manger des gâteaux- refus de manger dans la cuisine- fermer toutes les portes…)

Comment apprendre les émotions et les sentiments?

Il faut d'abords faire preuve d'observation et de compréhension. Se poser la question: Qu'est ce qui provoque des émotions chez la personnes autiste pour pouvoir travailler de façon très concrète et rendre l'apprentissage " intéressant "pour la personne concernée. Il parait illusoire de penser que le seul travail sur table pour apprendre les émotions pourrait être suffisant et satisfaisant. Il faut parfois faire preuve d'imagination pour trouver un outil personnalisé.

Exemple: Paul aimait énormément le chocolat( trop), au point de n'être plus capable d'accepter de ne pas en avoir en quantité lorsqu'il le désirait. Ce qui  a généré au fil des mois une installation de troubles du comportement récurrents, entrainant de terribles scènes de colère, que ce soit au domicile ou  bien à l'IME. Les crises de colère étaient si fortes qu'elles nécessitaient de faire sortir tout le reste du groupe  de la pièce. La présence de plusieurs éducateurs pour veiller a ce que l'enfant ne se mette pas en danger ou ne  se fasse mal était devenu indispensable.

Pour aider Paul à intégrer l'image de ses propres colères, il fallait peut être qu'il se voit lui même en faire une? Mais le filmer et lui montrer la scène n'aura pas suffit à lui faire prendre conscience  que c'était bien  lui dans le film. De plus ,regarder cette scène de colère l'apeurait au point qu'il se cachait les yeux. L'idée fut abandonnée, inefficace et non adaptée aux capacités de compréhension de Paul. Mais la deuxième fut la bonne!

Créer  et filmer une scène chantée de "la crise ",sur un ton humoristique et décalé, en se servant d'acteurs( dont moi pour que ce soit drôle et  surprenant), qui raconteraient à Paul ce que c'est qu'"UNE COLERE EN CHOCOLAT"... et pouvoir commencer un travail sur les émotions

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now